Passerelle du Rosel

A la demande du Canton, la passerelle du Rosel devait remplir des critères de durabilité. Le choix s'est porté sur le béton fibré à ultra-hautes performances BFUP. Bien que ce matériau soit, à la base, plus onéreux que le béton traditionnel, il se révèle sur le long terme, tout à fait compétitif du point de vue économique.

De plus il offre un potentiel d'expression formelle, inhérent à ses propriétés statiques et techniques. Cette matière performante entraîne des sections fines, bien plus élancées qu’un béton traditionnel, à savoir dans notre cas, treize centimètres seulement pour une portée de cinquante mètres. L’enrobage de béton au niveau des câbles de précontrainte produit des renflements, d’une vingtaine de centimètres au niveau supérieur des parapets. Ceci génère des formes arrondies voire végétales ou même osseuses, qui insufflent une composante organique à l'ouvrage. Ces profils élancés accompagnent un mouvement dynamique qui s’exprime dans une coupe longitudinale arquée et dans une coupe transversale convexe, qui évolue aux extrémités en s’évasant. Pour ceci, trois modules asymétriques supplémentaires sont moulés, générant une symétrie inversée de l’ouvrage propre à la fluidité de cheminements de mobilité douce.

Programme
Passerelle publique
Lieu
Martigny
Année
2020 -
Maître d'ouvrage
Etat du Valais
Procédure
Mandat direct
Ingénieur civil
Sollertia SA